Cette période de l’année est particulièrement active en termes d’achats sur internet.Tout particulièrement pendant le Black Friday, mais pas uniquement.

Beaucoup ont recours aux comparateurs de prix et je les comprends. Seulement, il ne faut pas leur accorder trop de crédit et se contenter de leurs résultats.

Ces comparateurs peuvent être utiles pour se faire un ordre d’idée des prix pratiqués pour le produit qui nous intéresse.

Mais comment fonctionnent-ils ?

 

Tout est question de rentabilité, et c’est bien normal. Le simple fait de gérer un site internet a un coût.

Alors comment rentrent-ils dans leurs frais ? Tu m’as vu venir ? Réponse : la publicité !

Eh oui, encore et toujours ! La publicité est le nerf de la guerre de bon nombre de médias, les comparateurs de prix n’y font pas exception.

Des sites marchands payent donc pour avoir des publicités sur le site comparateur. Certaines marques n’hésitent pas non plus à payer pour apparaitre en tête de liste.

Un peu comme nous pouvons le faire sur les sites de vente entre particuliers. Se pose alors déjà la question de la neutralité du comparateur.

 

Comparaison neutre ?

 

Mais ça ne s’arrête pas là, les comparateurs peuvent mettre en avant des sites affiliés. Il s’agit de sites partenaires, qui donnent une commission pour tout achat.

Autrement dit : lorsque tu cliques sur un lien présent dans la liste des résultats du comparateur, tu es redirigé vers le site d’origine. Mais ce n’est pas n’importe quel lien : si tu achètes, le comparateur percevra une commission.

Il s’agit d’un pourcentage : donc plus le prix est élevé, plus la commission l’est à son tour.

Certains comparateurs sont même rémunérés au nombre de clics vers le site marchand d’origine ! C’est un peu comme un service commercial externalisé (extérieur à l’entreprise). Encore une fois se pose la question de la neutralité !

 

Conflit d’intérêt ?

 

Mais il y a pire ! Les comparateurs de prix émanant d’une marque ou d’un commerçant. Je pense en particulier à une application éditée par un supermarché, mais il en existe d’autres, plus discrets.

Penses-tu qu’ils sont neutres ? Qu’ils vont te pousser à aller acheter ailleurs si c’est moins cher ? Ils peuvent montrer quelles petites exceptions minimes, pour que l’on préfère centraliser nos achats et que ça ne vaille pas le coup d’aller ailleurs. Ces résultats donnent une apparente neutralité.

 

Obligations d’informations

 

Une loi est venue encadrer les obligations d’informations de ces comparateurs. Un décret est venu préciser les choses deux ans plus tard : ils doivent rendre visible leur fonctionnement à partir d’un lien accessible en permanence sur le site et au dessus de la liste des résultats.

Le comparateur doit montrer le critère de classement : ce n’est pas toujours par ordre croissant de prix. Il faut se méfier des résultats classés  par pertinence ou popularité, qui mettent en avant ce qui les arrange.

Il doit être signalé si les résultats sont exhaustifs, c’est à dire s’il y a l’ensemble des offres accessibles sur Internet. Fort à parier que ça doit être très rarement le cas !

Il doit également y être mentionné s’il existe une rémunération entre le comparateur et le site marchand (c’est donc là qu’on peut voir s’il y a conflit d’intérêt). Dans la liste des résultats, ces liens doivent être libellés « Annonce« . Tout comme c’est le cas pour les moteurs de recherche.

Cette mesure me semble un peu mince, c’est écrit en tout petit. A moins d’être vigilant, on ne le voit même pas !

C’est un peu comme les Astérisques ( * ) et les Conditions Générales de Vente (CGV) qu’on devrait tous lire et qui sont trop souvent en défaveur du consommateur.

 

Publicité dans la publicité

 

Non contents d’être un outil promotionnel, beaucoup de comparateurs de site font à leur tout une campagne de publicité.

Nous pouvons en voir certains à la télévision, notamment pour des comparateurs de voyages. Sachant que les publicités à la télévision coûtent une petite fortune car elles apportent une crédibilité à la marque.

Beaucoup pensent que la télévision n’oserait pas diffuser des publicités mensongères, mais en réalité c’est le prix qui détermine sa diffusion.

Donc quelque part c’est un « site publicitaire » qui se paye une publicité à son tour.

 

 

Les comparateurs de prix sont donc souvent des publicités masquées. Alors comment acheter moins cher ? En faisant des recherches soi-même, il n’y a pas de miracle.

Les comparateurs de prix peuvent nous faire gagner du temps, nous donner un aperçu des prix et une liste d’enseignes où il ne faut pas acheter : les plus chères.

Mais il ne faut pas s’arrêter là : il faut prendre le prix le plus bas et faire ses propres recherches pour être sûr qu’il n’y a pas encore moins cher !

J’admets que ces recherches peuvent prendre du temps. Pour ma part je n’ai même plus recours aux comparateurs et ça me prend un bon moment avant de faire un achat.

Mais sache qu’il est possible « d’externaliser » cette recherche ! Pour un prix de 2€ par article, on peut confier à quelqu’un la tâche ardue de le trouver au meilleur prix.

Il existe aussi des communautés avec lesquelles partager les meilleures offres du moment.

Rien ne t’empêche d’avoir recours aux comparateurs classiques, bien au contraire ! Mais pour mieux consommer il faut aller plus loin pour être sûr de dénicher la meilleure affaire !

J’espère que cet article t’aura plu et te permettra de faire des économies, te voilà averti !

La période de Noël te pousse à la remise en question ? Tu ne sais pas dans quel mesure y prendre part sans culpabiliser ? A tes yeux, c’est une fête commerciale qui pousse à la consommation ? Le prochain article va tenter de répondre à toutes ces questions !

A bientôt et bons achats,

Yohanna Gomez


4 commentaires

René-Hubert PURSEIGLE · 13/12/2017 à 10:26

Tous tes articles sont extrêmement bien vus et finement sentis eu égard aux sujets traités chère Yohanna!
Ce dixième article en est une parfaite illustration de par sa qualité d’analyse!
Je partage bien sûr sur les réseaux sociaux préférés que sont LinkedIn et Twitter!
Au plaisir de dialoguer bientôt! René-Hubert

    Yohanna Gomez · 13/12/2017 à 11:49

    Merci beaucoup pour ton soutien René-Hubert !

    J’espère qu’il plaira autant à d’autres lecteurs qui pourront mieux consommer.

    A bientôt !
    Yohanna Gomez

Lilly · 13/12/2017 à 18:15

Pour moi ces fêtes c’est que de commercialisation,je me demande si en plus c’est bien de « mentir » aux enfants que le père Noël existe pour les habituer a faire comment toute le monde.

    Yohanna Gomez · 20/12/2017 à 09:48

    Au moins ça leur permet de rêver un peu, tant qu’ils sont tout petits. Ils se rendront compte de la réalité quand le moment sera venu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *