Nous y sommes ! Les 6, 7 et 8 février sont les journées mondiales sans téléphone.

Après avoir parlé de notre utilisation du smartphone, intéressons-nous à son cycle de vie.

De l’achat à sa fin de vie, nos décisions de consommation ne devraient pas se faire à la légère.

 

 

Achat d’un nouveau smartphone

 

 

Société de consommation oblige : nous sommes souvent incités à renouveler notre téléphone.

Il faut se procurer le dernier modèle de la pomme. Avoir accès aux dernières fonctionnalités. Acheter un téléphone toujours plus beau, plus gros, plus performant.

 

Le fabricant et le commercial ont tout à y gagner.

Mais nous, que gagnons-nous vraiment ?

 

Nous perdons plutôt une belle somme au passage !

Même en passant par le fournisseur d’accès (orange, bouygues, sfr etc.), nous payons notre nouveau téléphone avec l’abonnement et l’engagement.

 

 

Je ne le dirais jamais assez : avant un achat il faut se poser les bonnes questions, sans se contenter d’écouter la publicité.

Qu’est-ce que ce nouveau modèle a de plus que mon téléphone actuel ?

Est-ce que j’ai besoin de ce « plus » ? Qu’est ce que ça m’apporte concrètement ?

Je me suis lassé(e) de mon téléphone actuel ? Pourquoi ? Qu’est-ce que je peux y faire ?

 

 

Par contre, si le téléphone actuel est en panne ou défectueux, il n’y a pas autant de questions à se poser.

Certaines fonctions peuvent être touchées sans perturber le fonctionnement général.

Mais si ces fonctions nous étaient vraiment utiles, il ne faut pas culpabiliser en le remplaçant.

 

 

Mais avant d’en arriver là, on peut opter pour la réparation.

Les prix varient en fonction des composants à remplacer. Il faut se renseigner et décider à partir de quelle somme ça revient trop cher.

En plus, certaines marques ne sont prises en charge que par le SAV officiel, qui en profite au passage.

 

 

 

La plupart du temps, quand on se lasse de notre appareil et/ou que l’on en veut un autre, c’est une course à la nouveauté.

Les publicités nous incitent à y participer et vouloir à tout prix LA nouvelle fonction proposée.

Mais, au-delà de l’impact économique, en faveur des exploitants et en défaveur des consommateurs, il y a d’autres répercussions.

 

 

Impact de l’achat d’un nouveau smartphone

 

 

En changeant régulièrement notre smartphone, nous participons à l’exploitation des ressources terrestres, mais aussi de populations pauvres.

On n’a pas idée de ces conséquences, car ça se passe loin des pays de sur-consommation.

Il devient de plus en plus difficile de trouver certains matériaux (terres et métaux rares) et pourtant nous multiplions les fabrications de smartphones.

 

Sans faire de discours moralistes, des personnes de tout âge sont exploitées pour trouver ces fameuses matières premières, au détriment de leur santé, voire de leur vie !

Donc, l’achat lui-même a déjà un impact énorme.

 

On peut opter pour l’achat d’occasion, mais il faut être prudent pour ne pas faire une mauvaise affaire.

Quitte à payer un peu plus, il vaut mieux passer par un marchand avec garantie. Généralement, on peut se rendre compte en quelques jours d’utilisation qu’un téléphone est défectueux.

 

 

Impact de l’ancien smartphone

 

 

Certains gardent leur plus ou moins ancien téléphone, au cas où.

D’autres le jettent, sans un regard. Méritent-ils ce traitement, après tous ces bons et loyaux services ?

 

Plus sérieusement, il ne faut pas se débarrasser d’un téléphone n’importe comment.

 

Jeter un smartphone à la poubelle ou dans la nature a de grosses répercussions.

La batterie, en nickel (NimH), mais plus particulièrement en lithium (Li-ion) sont toxiques pour la santé, mais aussi pour l’environnement. Si elles fuient, elles détruisent des écosystèmes entiers (faune et flore). Tout comme les piles jetables d’ailleurs.

 

 

Si l’on a tendance à changer régulièrement de téléphone, on peut profiter des offres de reprise et rachat de mobile. On peut également le revendre s’il est en bon état.

C’est bon pour le porte monnaie, mais aussi pour l’environnement !

 

 

Si, au contraire, le téléphone est trop usagé, il peut être recyclé, même inutilisable. Un peu comme une voiture qui va à la casse.

Certaines pièces peuvent-être récupérées, mais surtout les matières premières, plus ou moins rares ou toxiques.

Beaucoup de centre commerciaux, notamment avec supermarchés, sont équipés de bornes de recyclage. On peut d’ailleurs aussi y déposer ses piles et petits appareils électroniques (lecteur mp3, appareil photo etc.).

 

 

Décisions de consommation

 

 

La consommation ne devrait pas être passive, nos décisions ont de grandes répercussions, même si on ne les voit pas.

D’ailleurs, décider de ne pas acheter également (pas de gaspillage, boycott…).

Avant de faire un choix, il faut se poser les bonnes questions.

Achat neuf ou d’occasion ? Réparation ? Recyclage ? Revente ? Reprise par le fournisseur ?

Une bonne décision peut être bénéfique pour notre porte-monnaie mais aussi pour la Terre et ses habitants.

 

 

Bonnes décisions à toi, cher consommateur averti !

Yohanna Gomez


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *