Ou pourquoi les nouveaux équipements résistent moins que les anciens ? 

 

Qui n’a pas déjà entendu une personne âgée parler d’un de ses anciens appareils qui fonctionne toujours ou qu’elle a gardé plus de 20 ans 

 

Pourrions-nous en dire autant ? La réponse est bien souvent non ! Non pas que nous soyons moins soigneux que nos prédécesseurs, mais bien parce que les nouveaux équipements ne sont pas faits pour durer aussi longtemps ! 

Cela s’appelle « L’obsolescence programmée ou planifiée. Bon nombre d’industries ont prévu la durée de vie de leurs produits à l’avance (comme toujours, je ne vise personne en particulier).  Il s’agit d’une astuce ultime et infaillible pour nous faire consommer plus !

Comment ? En réduisant la qualité des matériaux de base, mais aussi en rendant les appareils plus difficiles à réparer. Ce n’est pas que nous soyons moins doués qu’avant pour réparer, mais les pièces sont soudées et collées entre elles. Bon nombre d’appareils ne peuvent pas être ouverts sans être irrémédiablement cassés.  

Un projet d’étudiant visant à contrer cette pratique a vu le jour : « L’Increvable ». Il s’agit d’une machine à laver personnalisable et faite pour durer 50 ans ! Le consommateur peut acheter ses pièces à l’unité et donc réparer et changer à loisir celles qui peuvent devenir défectueuses. Le tout à moindre frais ! La façade peut également être changée à volonté, pour ne pas avoir l’impression de garder la même machine pendant 50 ans. Et ce, sans le budget qui va avec le remplacement d’une machine. Le pouvoir est à nouveau donné au consommateur. Il reste à espérer que d’autres projets de ce type voient le jour. Cela ferait du bien au porte-monnaie et à l’environnement ! 

 

Comment la dérive de l’obsolescence programmée est apparue ? 

 

Difficile de dire exactement quand l’obsolescence programmée est apparue  en France. Tu t’imagines bien que ce concept a été longtemps caché par les industriels qui l’ont mis en pratique. Pas de théorie du complot là-dedans, simplement un constat des consommateurs. La première plainte a récemment été déposée en France, pour dénoncer la courte durée de vie des imprimantes et de leurs cartouches. par l’association HOP (Halte à l’Obsolescence Programmée).

Mais sache qu’elle était totalement légale, voire imposée par le gouvernement, en Amérique ! C’est Bernard London qui a nommé le concept d’obsolescence programmée en 1932, dans le but de « stimuler la consommation« . 

Il est indéniable que la plupart des pays deviennent des sociétés de consommation. C’est-à-dire des sociétés poussées à la consommation, à court terme, pour viser un confort bien souvent inutile 

 

Exemple d’application : originaire d’un pays dit du « tiers-monde » ou « en cours de développement », j’ai pu comparer la société de consommation occidentale à une société plus modeste, dès mon plus jeune âge. A mon retour en France, j’ai vu une publicité qui m’a choqué et m’a semblé anormale, en raison de cette comparaison. Il s’agissait d’un spray désodorisant automatique. Une chose toute bête me diras-tu ? Oui, mais dont nous n’avons pas réellement besoin ! C’était pour moi la preuve que nous prenons l’habitude d’être assistés au quotidien, pour notre confort. A mon retour dans le « tiers-monde », j’ai parlé de cette pub, qui a choqué. La réaction ? « Mais pourquoi acheter ça ?! Tu n’as qu’à appuyer toi-même sur le bouton du désodorisant quand tu en as besoin ! En plus, il durera plus longtemps ! ». C’est tellement vrai ! Cela dit je ne juge pas les personnes qui en ont chez elles. 

 

C’est la course au confort qui est à l’origine de cette surconsommation. Là où l’aspect fonctionnel et durable primait auparavant. L’exemple le plus marquant est l’industrie automobile (qui fera l’objet d’un article). Les voitures étaient plus fonctionnelles et réparables par le consommateur, nous pouvons encore en voir en circulation. Aujourd’hui elles sont plus confortables et design (je ne m’en plaindrais pas), mais demandent plus d’entretien chez le garagiste.  

 Tout développement industriel et technologique a ses points positifs, mais il ne faut pas négliger ses points négatifs. Son impact n’est pas uniquement écologique.  

Une fois de plus, avant d’acheter quelque chose (comme l’exemple des chewing-gums en caisse mentionné dans le précédent article), il serait bien de se demander si on en a vraiment besoin. Cette question vise à moins consommer, mais surtout mieux 

 

Comment je l’ai découverte?  

 

C’est une anecdote amusante : je l’ai découverte assez jeune, dans la série « Malcolm in the middle » qui, l’air de rien, dénonce plusieurs travers de la société américaine avec cette famille caricaturale (et hilarante).  

Dans un épisode, Loïs, la mère de famille, cherche partout la garantie à vie d’un mixeur qui a rendu l’âme et mentionne l’obsolescence programmée d’une façon révoltée et très drôle. Son mari, Hal, lui dit qu’il serait plus simple d’en acheter un neuf, ce à quoi elle rétorque non innocemment : « c’est-ce qu’ils veulent ! » 

 

La durée de la garantie optionnelle peut malheureusement vous donner une idée de la durée de vie moyenne de l’appareil que tu veux acheter. N’as-tu pas déjà entendu des gens se plaindre que l’appareil est tombé en panne peu de temps après la fin de la garantie ? Car cette durée est calculée à l’avance avec les retours du Service Après-Vente. Non pas que je te déconseille cette garantie optionnelle, mais que tu saches à quoi t’en tenir. 

Cela me fait penser au passage à t’inviter à te méfier des assurances pour téléphonie mobile, car la plupart des cas de la vie réelle ne sont pas couverts. Les cas couverts de panne, perte et vol sont très particuliers et la plupart du temps, la compagnie d’assurance trouve le moyen de ne pas remplacer ou rembourser le téléphone. Alors que les mensualités payées auraient suffi à payer un nouveau téléphone au bout d’un moment. Ce n’est pas le cas de toutes les assurances, mais il convient de bien lire les conditions avant de souscrire (ce qu’on ne fait que trop rarement). Par exemple, la casse due à une chute n’est que très rarement couverte. Les smartphones ne sont pas aussi résistants que leurs prédécesseurs comme le Nokia 3310, réputé en la matière ! 

 

 Exemple d’application : par la suite, je l’ai constatée à mes dépends, quand la console Playstation a rendu l’âme peu de temps après la sortie de la console Playstation 2 qui était prévue longtemps à l’avance. Une pièce indispensable et assez rare a cessé de fonctionner subitement : la lentille permettant de lire les jeux. Comme bon nombre de pièces de voitures ou de smartphone : la pièce coûte plus cher à remplacer qu’un appareil neuf. Donc : fin de vie subite pour la console.  

 

 

Voilà les informations principales à savoir sur l’obsolescence programmée. Toutes les industries et produits ne sont pas concernés, mais il vaut mieux savoir à quoi s’attendre et comprendre pourquoi un appareil cesse de fonctionner, sans raison apparente, à la fin de la garantie.  

Mais alors comment éviter ces produits ?

Un site très bien conçu répertorie les Produits Durables et fragiles ! Voir ici.

 

Nous avons vu comment éviter le gaspillage de produits fabriqués, la semaine prochaine nous verrons comment éviter le gaspillage alimentaire !

J’espère que cet article t’aura plu, si tu veux en savoir plus n’hésite pas à le signaler.

A bientôt Consommateur Averti ! 

Yohanna Gomez 


2 commentaires

RH PURSEIGLE · 03/11/2017 à 11:06

Félicitations chère Yohanna pour ce quatrième article sur un sujet que les associations de consommateurs ont déjà pointé à de nombreuses reprises!
Mais tu apportes une valeur ajoutée à toutes les réflexions déjà publiées et connues en mettant en exergue ce gaspillage organisé engendré par notre société dite de consommation!
Bien vu l’artiste!
J’ai bien évidemment partagé cette analyse sur LinkedIn et Twitter pour en faire profiter un plus grand nombre de personnes!
A bientôt! René-Hubert

    Yohanna Gomez · 06/11/2017 à 09:12

    Merci beaucoup René-Hubert !
    Tes commentaires sont très encourageants !

    Pour l’instant, j’aborde des informations qu’un grand nombre connait, mais ce n’est pas le cas de tout le monde.
    Comme ça, je m’assure que nous partons tous sur la même base.
    Les cas « particuliers » viendront plus tard.

    Merci pour ton partage et de me signaler que cet article est à valeur ajoutée.
    Je m’efforce de ne pas être trop négative et trop « en rajouter », mais j’en profite pour parler du fait que ce gaspillage n’est pas uniquement financier, mais également écologique !
    Combien d’appareils finissent en déchetterie alors qu’ils auraient pu avoir une durée de vie plus longue ?

    A bientôt !
    Yohanna

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *